Le “bio”selon Douix, derrière les façades affichées.... la réalité de terrain :
(Je précise que le terme “bio” est utilisé ici au sens de l’ethique du principe, de l’idée populaire qu’il représente.
Il n’est donc pas systématiquement synonyme de “biologique”, mais de naturel et de sain [bon pour la santé].)

Photo de droite : l’intérieur d’une cuve à eau servant à abreuver les bovins. Comme on peut le voir, les bovins consomment uniquement de l’eau parfaitement propre, pure et naturelle.... Rassurez-vous tout de même : aux dernières nouvelles, personne n’en est mort !

Photo en dessous : fourrage de toute première qualité, visiblement stocké et conservé dans des conditions idéales....

Au bout de la flèche : bassine d’additifs tenue à disposition.
Certainement destinés à assurer une parfaite santé aux bovins... ainsi qu’aux consommateurs de viande certifiée bio.

Photos ci-dessous : palettes d’aliments pour bovins, de fabrication industrielle, très certainement certifiés “bio”...
..rien que du naturel..... fabriqué en usine.

Au fait... les farines animales, c’est bien naturel, d’origine biologique... on en a pourtant fait la douloureuse l’expérience.

De plus... les clôtures sensées empêcher les bovins d’aller se goinfrer de ce qu’il ne faudrait pas (désherbant au bord des chemin, pesticides en tous genres), se résument la plupart du temps à un seul fil, fixé de loin en loin et de façon plus ou moins hasardeuse.
Il n’est donc pas rare qu’un habitant du coin aille harponner Douix parce qu’il a trouvé les bestiaux dans son jardin. La réponse de l’intéressé (qui m’a été rapportée par un ancien adjoint au maire dont le jardin avait été dévasté) : “
si tu veux pas que les bêtes aillent dans ton jardin, t’a qu’à le clôturer”.
Cette réponse (qui n’est pas plus banale que lorsqu’il dit “le bois appartient à celui qui le coupe”) est basée sur le même principe que dans le cas d’un pédophile qui dirait “si vous ne voulez pas que vos enfants soient violés, vous n’avez qu’à les ramasser”.

Certains trouvent visiblement ces comportements tout à fait normaux puisqu’ils soutiennent le lamentable personnage.

......Sur un plan général, le vrai “bio”, celui qui respecte l’éthique du principe, ne peut exister qu’à très petite échelle et surtout pas au niveau commercial.
Faire des cultures et élevages naturels dans un environnement qui ne l’est plus du tout implique un engagement qui est radicalement incompatible avec toute volonté de profit et de prospérité commerciale.

Le vrai “bio” (la “bonne bouffe naturelle, saine”) ne peut donc exister que dans un cadre de consommation personnelle, au niveau familial ou d’un petit groupe d’amis.

Je ne prétends pas que tous les producteurs “bio” seraient des escrocs; je dis simplement que pour faire honnêtement de la production vraiment bio, il faut être altruiste.
Les producteurs bio étant des entrepreneurs au même titre que les autres, ça pose un problème : vous connaissez beaucoup d’entrepreneurs altruistes ?
(concernant Douix, la question ne se pose même pas, la preuve est surfaite).... Il y a donc impossibilité : ils seraient forcés de mettre très rapidement la clé sous la porte.

Il découle logiquement de cela que ceux qui prospèrent sur le bio profitent de la crédulité des gens... qui croient qu’il suffit de payer plus cher pour avoir du naturel.

Du fait que le bio est plus cher et à la mode, une foule de profiteurs escrocs se sont jetés dans ce juteux créneau... pour eux, c’est la façade qui compte : sur les affiches, tout est bieau.

On en arrive aux supermarchés “bio” : grande distribution implique grande production, qui implique.........

Même les autorités officielles jouent le jeu : une foule de produits sont tolérés dans les processus de production bio simplement pour faciliter cette production; ce qui fait que ça n’a plus rien à voir avec les productions naturelles de vos grands-parents.

Le “bio” commercial est donc un piège à gogos.

Le “bio” commercial ne devrait pas exister : tout ce qui est destiné à la consommation humaine devrait être soumis à des normes strictes concernant l’origine naturelle.

...

Ci-dessous, le fumier bio.... parfaitement respectueux de l’éthique, tant pour ce qui est du respect de la nature que de celui d’autrui (lieu de suicides).

>> Les casseroles